axis
Fair Use Notice
  Axis Mission
 About us
  Letters/Articles to Editor
Article Submissions
RSS Feed


Bye-Bye MINUSTAH! (Mis à jour avec Traduction française) ( 0) Printer friendly page Print This
By Dady Chery. Axis of Logic
Axis of Logic
Saturday, Sep 10, 2011

Editor's Note: Axis of Logic first published this article in English on August 15, 2011. Due to requests from Haitian readers and others, we have asked Dady Chery to translate her essay into French which she kindly agreed to do. Her translation into French follows the English version.

- Les Blough, Editor

Note aux lecteurs de français : Beaucoup d'entre vous ont demandé de lire cet essai en français. La traduction française suit au dessous de la version anglaise. - Axis of Logic

Photograph: Ben Depp

As one of his first measures in office, Brazilian Defense Minister Celso Amorim plans to conclude Brazil’s participation in the notorious United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH). Various sectors of the Brazilian government, including Brazil’s Ministry of Foreign Affairs agree with Mr. Amorim, who says that the important thing now is to formulate an exit strategy.

L-R Bill Clinton, US Envoy to Haiti, Brazilian Defense Minister Celso Amorim and Robert Greenhill, president of the International Canadian Agency for the Development (ACDI) negotiating Haiti's future at Davos.
Mr. Amorim was sworn in on Thursday August 4th and only took office the following Monday, but as early as Saturday he held a meeting at the Presidential Palace with Brazil’s Army commanders and Joint Chiefs of Staff to discuss a possible draw down of the troops. According to one participant in this meeting, there was a "convergence of opinion" about the Brazilian troops.

It is appropriate that the Brazilians should be first to leave Haiti. After all, the insertion of UN troops into the country began as a Brazilian project in the early days of Lula’s presidency. It was part of the campaign by Brazil to prove its worthiness in matters of world security so as to earn a permanent seat on the UN Security Council. Mr. Amorim, then Minister of Foreign Affairs, was one of the main architects of Brazil’s participation.

The troops started arriving in June 2004, barely one month after Aristide’s kidnapping, to buttress the illegal administration that followed the coup. The first MINUSTAH commander, a Brazilian, complained of the pressure to use violence and resigned his position by fall 2005. The second commander, another Brazilian, committed suicide by January 2006. The force has continued to grow, with the Brazilian contingent now numbering 2,160 men, although in Brazil this military adventure has been controversial from the start. Mr. Amorim attributes his sudden change of heart to Haiti’s “growing economy and gradual return to democratic normalcy.”

There are many reasons why MINUSTAH should go, but Mr. Amorim’s justifications do not qualify for my top-ten list below.

  1. MINUSTAH continually harasses and humiliates Haitians. MINUSTAH’s favorite activities include pepper spraying Haitians and capriciously confiscating drivers’ licenses and computers.

  2. Common criminals in MINUSTAH enjoy immunity from prosecution. Though over 100 troops have been expelled from Haiti for child prostitution and related charges, MINUSTAH soldiers have enjoyed immunity for most of their crimes, including numerous rapes and the suffocation in August 2010 of a Haitian teenager working on a Nepalese MINUSTAH base.

  3. MINUSTAH subverts democracy. Together with the U.S., Canada, and France, MINUSTAH fixed elections that excluded 80% of the Haitian electorate and brought a duvalierist, Michel Martelly, back into power in May 2011.

  4. MINUSTAH interferes in Haiti’s political affairs. Former MINUSTAH head Edmond Mulet recommended that criminal charges be brought against Haiti’s legitimate President, Mr. Jean-Bertrand Aristide, so as to keep him illegally out of Haiti.

  5. MINUSTAH serves as an occupation force. MINUSTAH troops, together with Haitian paramilitaries, ambushed and gunned down over 4,000 members of Fanmi Lavalas (Aristide’s party) soon after Aristide was deposed in 2004 in a coup plotted by the U.S., Canada, France, and Haiti’s elite.

  6. MINUSTAH has operated as a large anti-Aristide gang. MINUSTAH conducted numerous raids on slums such as Cité Soleil so as to kill civilians who supported Aristide. In some of these raids MINUSTAH soldiers fired tens of thousands of rounds at dwellings and schools. (See the video below.)

  7. MINUSTAH troops showed spectacular cowardice after the earthquake of January 2010. During the first 36 hours after the earthquake, the troops hardly assisted Haitians and instead searched for each other.

  8. MINUSTAH harbors vandals and vectors of disease. In October 2010 MINUSTAH introduced a cholera epidemic into Haiti. So far the epidemic has killed over 5,900 Haitians. MINUSTAH covered up the fact that several Nepalese soldiers arrived in Haiti sick with cholera and still lies about its role in the epidemic. As recently as August 6, 2011, MINUSTAH was continuing to dump its fecal matter in Haiti’s rivers.

  9. The presence of UN troops on Haitian soil is illegal. Haiti’s MINUSTAH is the only UN force in a country that is not at war.

  10. The Haitian people despise MINUSTAH. Haitians at home and abroad, young and old, rich and poor, have made it known that they want MINUSTAH out of Haiti. Common epithets for the troops are “Volè kabrit!” (Goat thief!), “Kakachwet!” (Shitter!), “Koléra!" and “Pédofil!"

The UN is regularly updated about MINUSTAH’s crimes, which are well known to the great majority of Mr. Amorim’s compatriots. All know that Haiti was better off in 2004 when the troops first entered the country than in the months preceding the earthquake, and they have loudly objected to their country’s participation in a foreign occupation. An especially eloquent example was Mr. Ricardo Seitenfus, who lost his post as the Brazilian Representative to the OAS in Haiti soon after speaking up in an interview last December. Mr. Seitenfus had this to say:

“The UN system currently in place to prevent disputes is inappropriate for Haiti. Haiti is not an international threat. We are not in the midst of a civil war. Haiti is not Iraq or Afghanistan…. But it looks to me as if, on the international scene, Haiti is paying mainly for its proximity to the U.S. Haiti has long been an object of negative attention from the international system. It took the UN to coalesce this power and transform Haitians into prisoners of their own island.”

But the Brazilian calls to withdraw from Haiti have fallen on deaf ears. The real reasons for the coming withdrawal are to be found in the current Brazilian politico-economic situation and a recent ruling by a Dutch court.

Since 2004, Brazil’s taxpayers have spent over R$ 1 billion on MINUSTAH. Last year alone maintenance of the Brazilian troops in Haiti cost R$ 426 million: R$ 140 million for annual costs and other expenditures, plus R$ 286 million for humanitarian aid sent after an earthquake. In principle, the UN should reimburse these expenses, but in recent years the reimbursements have amounted to only 16% of the payments made by the Brazilian government. In addition the salaries of Brazil’s MINUSTAH troops have exceeded R$ 41 million per year, but these costs are excluded from Brazil’s expenses on the mission because these individuals would be entitled to their pay if they were in Brazil. The Brazilian government has long known about this bloodletting, of course, but it has grit its teeth and maintained the arrangement as a political bribe to the U.S. in return for a seat on the Security Council. In more than seven years, this seat has not materialized.

As high as the current costs of MINUSTAH might appear, there will likely be more to pay. In a landmark decision last month, a Dutch court ruled the Netherlands government liable for the failure of its UN soldiers to protect three Bosnian Muslim men from being killed by Serbs during the 1995 Sebrenica massacre. Until now, UN soldiers accused of crimes had been merely discharged. This decision allows the possibility of suing the countries participating in UN forces for the crimes of their soldiers. Given Brazil’s role in the formation of MINUSTAH, the Brazilian government might be liable for all of MINUSTAH’s crimes. In any case, Brazilian troops in Haiti stand accused of the murders of Aristide partisans and numerous sexual assaults.

The notorious 2006 Cité Soleil massacre involving these troops was captured on the video provided below. People killed by high powered rifles and M50s fired from helicopter gunships included children, pregnant women and unarmed men at 4 a.m. as they slept in their beds. 24 year old Lelene Mertina was shot inside her home and survived but lost her 6 month old baby. A young school teacher was shot and killed inside his home but while dying said he was shot from a helicopter gunship. The UN was fully aware of who they were killing but denied it despite photographic evidence. (See the video provided below.) The MINUSTAH attacks were retribution for mounting massive demonstrations by the people who were demanding the return of Aristide to Haiti.

The week before the UN attack there were several huge demonstrations in Cité Soleil demanding the return of ousted president Jean-Bertrand Aristide. Residents believe that the UN justification for the attack, to arrest a base of kidnappers, was really a cover for collective punishment against the community for continuing demonstrations like these. - Haiti Action

Some Brazilian hardliners, such as member of the Center for Strategic Studies at the University of Campinas (Unicamp) Geraldo Cavagnari, continue to say that “the troops should stay put because there is no risk, and there are many things in play."

Everybody understands this to mean that the Security Council seat might yet come, and besides, Haitians are harmless, so why not continue to parasitize them? Retired Brazilian General and former MINUSTAH commander August Heleno has been more pointed in his warning to Amorim against giving the armed forces a “left-wing ideological imprint.” One suspects that Cavagnari and Heleno are unaware of the Dutch court decision, or the fact that Haitians are not being so inoffensive these days. The introduction of cholera into the country immediately after the murder of 16-year old Gerard Jean Gilles ignited such fierce battles between Haitians and UN troops that the UN had to call a curfew for its troops. Countless protests have taken place at home and abroad, and the protest calls are gradually changing to demands for reparation. One proposal is that MINUSTAH’s current budget of $2.5 million per day should go toward compensating the cholera victims and providing potable water to Haitians. As we say in Haiti, “Ayibobo!” (Amen!)

Dutch courts aside, in Brazil the political winds are now blowing in an entirely different direction. Reactionary voices like those of Heleno and Cavagnari are quieting down as the relatives of murdered leftists increasingly pressure their country to create a Truth Commission to investigate and punish the crimes of Brazil’s 21-year dictatorship. Already three military commanders have been forced to resign. Indeed, Mr. Amorim owes his position partly to the ditherings of former Defense Minister Nelson Jobim about the Truth Commission.

Gone are the days when the wealthy owners of Brazil’s apparel companies such as ABIT and AFRABAS held their country’s coffers and politicians with such a firm grip that they could commandeer thousands of their citizens to guard their sweatshops abroad. Only months before the earthquake, delegations of Brazil’s rich strutted along Port-au-Prince’s waterfront, together with Haitian sweatshop magnate Fritz Mevs and former U.S. President Clinton, dreaming of possible sites for their future West Indies Free Zone. But things fell apart since the earthquake, not only in Haiti, but all around. The Brazilian Defense Ministry is being forced to trim its budget because the country’s growth has slowed.

Those of us who want to see Haiti regain its independence would do well to support the Brazilian efforts toward a Truth Commission and all projects everywhere to bring UN soldiers to account for their crimes. The search for Truth has so far succeeded where much else has failed. In Haiti, where “growth” typically means everything from sweatshop labor to slavery, and “democracy” means everything from fixed elections to outright occupation, we could do with a little less growth and democracy and a little more Truth right now.

Since Mr. Amorim seems to be at a loss for an exit strategy, I would like to suggest one: how about packing the bags of MINUSTAH’s troops, trucking them to Toussaint Louverture Airport, and putting them on the next TAM flights to Rio?

The departure of the Brazilian troops should spell the beginning of the end for MINUSTAH. The Brazilians are its largest contingent, with more than a quarter of the total number of troops.

The rest come from:

Argentina, Bolivia, Canada, Chile, Ecuador, France, Guatemala, Japan, Jordan, Nepal, Paraguay, Peru, Philippines, South Korea, Sri Lanka, U.S., Uruguay.

Since many of the crimes by these troops are well known and can be readily documented for lawsuits, these countries too will soon discover that their “peacekeeping” costs have become burdensome.

One is tempted to ask why south American states, with presumably leftist and nationalistic governments, like Bolivia and Ecuador support the occupation of Haiti. After all, Cuba and Venezuela have amply demonstrated how much more can be achieved by contributing medical doctors and public-health workers, instead of soldiers, to Haiti. But not everything needs to be said during this leave taking. It is better to show the remaining MINUSTAH members the door and advise they not slam it on their way out.

Read her Bio and more Essays and Translations
by Haitian Author, Dady Chery
on Axis of Logic

Contact the Author

 

Aristide's welcoming committee when he was finally permitted to return to Haiti on March 18, 2011 as a result of the demands of the Haitian people. Read more ...


Bye-Bye MINUSTAH!
Par Dady Chery. Axis of Logic
Jeudi 8 Septembre, 2011

Photograph: Ben Depp

Comme l'un de ses premières mesures, Celso Amorim, le Ministre de la Défense en Brésil envisage de conclure la participation du Brésil à la Mission des Nations Unies pour Stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Des secteurs différents du gouvernement brésilien, y compris le ministère brésilien des Affaires étrangères sont d'accord avec M. Amorim, qui dit que l'important est maintenant de formuler une stratégie de sortie.

De gauche a droite, M. Bill Clinton, émissaire américain en Haïti, Celso Amorim, Ministre de la Défense du Brésil, et Robert Greenhill, président de l'Agence canadienne internationale pour le développement (ACID) négocient à Davos l'avenir d'Haïti.

M. Amorim a prêté serment le jeudi 4 août et n’a pris ses fonctions que le lundi suivant, mais dès le samedi, il a tenu une réunion au palais présidentiel avec les commandants de l’Armée du Brésil et ces Joint Chiefs of Staff pour discuter un prélèvement de troupes. Selon un participant à cette réunion, il y avait une “convergence de vues” sur les soldats brésiliens.

Il est normal que les Brésiliens soivent les premiers à quitter Haïti. Après tout, l'insertion des troupes de l'ONU dans le pays a commencé comme un projet brésilien dans les premiers jours de la présidence de Lula. Cela faisait partie d’une campagne par le Brésil pour prouver sa compétence en matière de sécurité mondiale afin de gagner un siège permanent au Conseil de Sécurité de l'ONU. M. Amorim, alors ministre des Affaires étrangères, a été l'un des architectes principaux de la participation du Brésil.

Les troupes ont commencé à arriver en Juin 2004, à peine un mois après l'enlèvement d'Aristide, pour étayer l'administration illégale qui a suivi le coup d'Etat. Le premier commandant de la MINUSTAH, un Brésilien, s’était plaint de la pression à utiliser la violence et a démissionné de son poste en automne 2005. Le deuxième commandant, un autre Brésilien, s’est suicidé en Janvier 2006. La force a continué de croître, avec un contingent brésilien aujourd'hui de 2160 hommes, malgré qu’au Brésil cette aventure militaire a été controversée dès le début.
M. Amorim attribue son changement soudain à la “croissance économique d’Haiti et son retour à une normalité démocratique.”

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles la MINUSTAH devrait partir, mais les justifications de M. Amorim ne seraint pas admis à mon liste des dix premieres ci-dessous.

1. La MINUSTAH harcèle continuellement et humilie les Haïtiens. Activités favorites de la MINUSTAH comprennent attaquer les Haïtiens avec le spray au piment et confisquer capricieusement leurs permis de conduire et leurs ordinateurs.

2. Les criminels ordinaires de la MINUSTAH bénéficient de l'immunité. Bien plus que de 100 soldats ont été expulsés d’Haïti pour la prostitution des enfants et d’autres crimes liés à cela.
Les soldats de la MINUSTAH ont bénéficié d'une immunité pour la plupart de leurs crimes, y compris de nombreux viols et l'étouffement d'un adolescent haïtien qui travaillait sur un camp népalais en août 2010.

3. La MINUSTAH subvertit la démocratie. Des élections organisées par les Etats Unis, le Canada, la France, et la MINUSTAH ont exclu 80% de l'électorat haïtien et ont rapporté un duvaliériste, M. Michel Martelly, au pouvoir en mai 2011.

4. La MINUSTAH interfère dans les affaires politiques d'Haïti. L’ancien chef de la MINUSTAH, Edmond Mulet a recommandé des accusations criminelles contre le président légitime d'Haïti, M. Jean-Bertrand Aristide, afin de le garder illégalement hors d'Haïti.

5. La MINUSTAH constitue une force d'occupation. Des soldats de la MINUSTAH, en collaboration avec des paramilitaires haïtiens,
ont abattu dans une embuscade plus de 4.000 membres de la Fanmi Lavalas (le parti d'Aristide), peu après qu’Aristide ait été renversé en 2004 par un coup organisé par les États-Unis, le Canada, la France, et l'élite haïtienne.

6. La MINUSTAH a fonctionné comme une grande bande anti-Aristide. La MINUSTAH a mené de nombreuses attaques sur des bidonvilles comme Cité Soleil, afin de tuer des gens qui soutenaient Aristide. Dans certains de ces attaques, les soldats de la MINUSTAH ont tiré des dizaines de milliers de tours sur des logements et des écoles. (Voir la vidéo ci-dessous.)

7. Les soldats de la MINUSTAH a montré une lâcheté spectaculaire après le séisme du Janvier 2010. Au lier d’aider des Haïtiens pendant les premières 36 heures après le séisme, ces soldats se sont recherchés les uns les autres.

8. La MINUSTAH porte des vandales et des vecteurs de maladies. En Octobre 2010, la
MINUSTAH a introduit une épidémie de choléra en Haïti. Jusqu'à présent, l'épidémie qui a tué plus de 5900 Haïtiens continue. La MINUSTAH a dissimulé le fait que plusieurs soldats népalais sont arrivés malades en Haïti avec le choléra et continue encore à nier son rôle dans l'épidémie. Même le 6 août 2011, la MINUSTAH continuait à déverser ses matières fécales dans les rivières d'Haïti.

9. La présence de soldats de l'ONU sur le sol haïtien est illégale. La MINUSTAH en Haïti est la seule force de l'ONU dans un pays qui n'est pas en guerre.

10. Le peuple haïtien dédaigne la MINUSTAH. Haïtiens à l'étranger ou chez eux, jeunes et vieux, riches et pauvres, ont fait bien savoir qu'ils veulent que la MINUSTAH se retire d’Haïti.
Épithètes communs pour les soldats sont "Volè Kabrit!" (Voleur de chèvre!), "Kakachwet!" (cacateur!), "Koléra!" et "Pédofil!"

L'ONU est régulièrement mis à jour sur les crimes de la MINUSTAH, qui sont bien connus pour la grande majorité des compatriotes de M. Amorim. Tous savent qu’Haïti était meilleure en 2004 quand les premièrs soldats entraient dans le pays que dans les mois précédant le tremblement de terre, et les brésiliens se sont bruyamment opposés à la participation de leur pays dans une occupation étrangère. Un exemple particulièrement éloquent est celui de M. Ricardo Seitenfus, qui a perdu son poste comme Représentant du Brésil auprès de l'OEA en Haïti peu après avoir elevé sa voix dans une interview en Décembre. M. Seitenfus avait ceci à dire:

“Le système des Nations Unies actuellement en place pour éviter les conflits est inapproprié pour Haïti. Haïti n'est pas une menace internationale. Nous ne sommes pas en guerre civile. Haïti n'est pas l'Irak ou l'Afghanistan .... Mais il me semble que, sur la scène internationale, Haïti souffre principalement de sa proximité aux Etats-Unis Haïti et a été pour longtemps un objet de l'attention négative du système international. Il a fallu l'ONU pour transformer les Haïtiens en prisonniers de leur île.”

Mais les appels des brésiliens à retirer leur soldats d’Haïti ne se sont pas entendus. Les vraies raisons pour le retrait à venir se trouvent dans la situation politico-économique brésilienne et une décision récente d’un tribunal néerlandais.

Les contribuables des Brésiliens depuis 2004 pour la MINUSTAH ont dépassé R $ 1 milliard de reals. L'an dernier seulement l'entretien des soldats brésiliens en Haïti a coûté R $ 426 millions: R $ 140 millions pour les coûts annuels et d’autres dépenses, plus R $ 286 millions pour l'aide humanitaire envoyée après le séisme. En principe, l'ONU devrait rembourser ces dépenses, mais ces dernières années les remboursements ont atteint seulement 16% des versements effectués par le gouvernement brésilien. En outre, le salaire des soldats brésiliens de la MINUSTAH ont dépassé R $ 41 millions par an, mais ces coûts sont exclus des dépenses du Brésil sur la mission parce que ces gens auraient droit à leurs salaires s'ils étaient au Brésil. Le gouvernement brésilien a bien sûr compris depuis longtemps cette saignement, mais il a serré ses dents et maintenu l'arrangement comme un pot de vin politique aux États-Unis en échange pour un siège au Conseil de Sécurité de l’ONU. En plus de sept ans, ce siège ne s'est pas matérialisé.

Si le coût actuel de la MINUSTAH parait élevé, il y aura probablement plus à payer. Dans une décision historique le mois dernier,
un tribunal néerlandais a conclu que le gouvernement néerlandais est responsable de l'échec de ses soldats de l'ONU à protéger trois hommes musulmans de Bosnie qui furent tués par les Serbes pendant le massacre Sebrenica en 1995. Jusqu'à présent, les soldats de l'ONU qui sont accusés de crimes sont simplement rejetés et renvoyés chez eux. Cette décision permet de poursuivre les pays participant à des forces de l'ONU pour les crimes de leurs soldats. Compte tenu du rôle du Brésil dans la formation de la MINUSTAH, le gouvernement brésilien pourrait être responsable de tous les crimes de la MINUSTAH. En tout cas, les soldats brésiliens en Haïti sont accusés de meurtres de partisans d'Aristide et de nombreuses agressions sexuelles.

La ville de Cap Haïtien, la deuxième ville d'Haïti. La protestation est dirigée contre les Nations Unies pour mettre fin au fléau du choléra en Haïti. Plus tôt ce mois-ci, le 6 et 7 août, la MINUSTAH a encore une autre fois versé des excréments dans une rivière qui donnait de l’eau potable - cette fois-ci la rivière Hinche Guayamouc.

Le tristement célèbre massacre du Cité Soleil en 2006 impliquant ces troupes a été capturé sur la vidéo ci-dessous. Des gens tués par des fusils de haute tension et M50 tirés des hélicoptères de combat incluaient des enfants, des femmes enceintes, et des hommes non armés à 4 heures du matin alors qu'ils dormaient dans leurs lits. Mertina Lélène une femme enceinte et agée de 24 ans a été abattue à l'intérieur de sa maison et a survécu, mais elle a perdu son bébé de 6 mois. Un jeune instructeur a été tué chez lui, mais en mourant il a dit qu'il a été fusillé d'un hélicoptère de combat. L'ONU était pleinement conscient de ce qui ce passait, mais il a nié tuer, en dépit des preuves photographiques. (Voir la vidéo ci-dessous.) Ces attaques ont été une rétribution de la MINUSTAH pour des grandes manifestations par les gens qui demandaient le retour d'Aristide en Haïti.

La semaine avant l'attaque de l'ONU il ya eu plusieurs grandes manifestations à Cité Soleil demandant le retour du président Jean-Bertrand Aristide. Les résidents croient que la justification de l'ONU pour l'attaque, l'arrestation d'une base de ravisseurs, était vraiment une couverture pour une punition collective contre la communauté pour des démonstrations comme celles-ci. - Action Haïti

Certains extrémistes brésiliens, comme M. Geraldo Cavagnari, un membre du Centre des Etudes Strategiques à l'Université de Campinas (Unicamp), continuent de dire que “les soldats doivent rester sur place car il n'y a pas de risque, et il y a beaucoup de choses en jeu.”

Tout le monde comprend que cela signifie que le siège du Conseil de Sécurité puisse encore venir, et d'ailleurs, les Haïtiens sont inoffensifs, alors pourquoi ne pas continuer à les parasiter?
M. Augusto Heleno, un général retraité brésilien et ancien commandant de la MINUSTAH, a été plus pointu dans son avertissement à M. Amorim de ne pas donner aux forces armées une “empreinte idéologique de gauche.” On soupçonne que Cavagnari et Heleno ne sont pas au courant de la décision du tribunal néerlandais, ou le fait que Les Haïtiens ne sont pas si inoffensif ces jours ci. L'introduction du choléra dans le pays immédiatement après le meurtre de Gérard Jean-Gilles, un garçon de 16 ans, a enflammé des batailles si féroces entre les Haïtiens et les soldats de l'ONU que l'ONU a dû appeler un couvre-feu pour ses soldats. D'innombrables manifestations ont eu lieu en Haïti et à l'étranger, et les appels de protestation changent progressivement à des demandes de réparation. Une proposition est que le budget actuel de la MINUSTAH de 2,5 millions de dollars par jour devrait aller vers l'indemnisation des victimes du choléra et pour fournir de l'eau potable aux Haïtiens. < > Comme on dit en Haïti, “Ayibobo!" (Amen!)

Tribunaux néerlandais à part, au Brésil, le vent politique souffle maintenant dans une direction totalement différente. Les voix réactionnaires comme ceux de Heleno et Cavagnari s'apaisent de plus and plus que les familles des gauchistes assassinés portent du pression sur leur pays pour créer une Commission de la Vérité pour enquêter et punir les crimes qui ont eu lieu au Brésil pendant ces 21 ans de dictature.
Déjà trois commandants militaires ont été forcés de démissionner. En effet, M. Amorim doit sa position aux hésitations de l'ancien ministre de la Défense Nelson Jobim sur la Commission de la Vérité.

Finie l'époque où les propriétaires riches d'entreprises textiles du Brésil, comme
ABIT et AFRABAS tenaient les coffres de leur pays et les politiciens avec une telle prise qu'ils pouvaient réquisitionner des milliers de leurs citoyens à garder leurs ateliers de misère à l’étranger. Juste quelques mois avant le séisme, des délégations des riches du Brésil pavanait au long du secteur riverain de Port-au-Prince, avec M. Fritz Mevs, un propriétaires d’ateliers de misère en Haïti, et l’ancien président américain Bill Clinton, rêvant de sites pour leur zone de libre échange aux antilles. Mais tout s'est écroulé depuis le tremblement de terre, non seulement en Haïti, mais partout. Le ministère de la Défense brésilien est contraint à réduire son budget, car la croissance du pays a ralenti.

Ceux d'entre nous qui veulent voir Haïti regagner son indépendance feraient bien de soutenir les efforts du Brésil vers une Commission de la Vérité et tous les projets du monde entier pour punir les soldats de l'ONU pour leurs crimes.
La vérité a jusqu'ici réussi là où le reste a échoué. En Haïti, où la “croissance” signifie l'esclavage, et la “démocratie” des élections prévues pour une occupation etrangère, il serait mieux d’avoir un peu moins de croissance et démocratie, et un peu plus de vérité.

M. Amorim parait ne pas savoir comment sortir ses soldats d’Haiti. Je voudrais suggérer cette stratégie de sortie: l’emballage des sacs de vos soldats de la MINUSTAH, leur camionnage à l’aéroport Toussaint Louverture, et leur renvoyage à Rio par les permiers vols du TAM?

Le départ des soldats brésiliens devrait signifier la fin de la MINUSTAH. Les Brésiliens sont les plus nombreux d’entre eux, avec plus d'un quart du total des soldats.

Le reste provient de:

l’Argentine, la Bolivie, le Canada, le Chili, l’Equateur, la France, le Guatemala, le Japon, la Jordanie, le Népal, le Paraguay, le Pérou, les Philippines, la Corée du Sud, le Sri Lanka, les États-Unis, et l'Uruguay.

Les crimes de ces soldats sont bien connus et peuvent être facilement documentés pour les poursuivre, and leurs pays vont bientôt découvrir l’augmentation des coûts pour leurs soldats.

On est tenté de se demander pourquoi des pays sud-américains avec des gouvernements de gauche et nationalistes, comme la Bolivie et l'Equateur soutiennent l'occupation d'Haïti. Après tout, le Cuba et la Venezuela ont amplement démontré ce qu’on peut réalisé en Haïti avec des médecins et travailleurs de la santé publique, au lieu des soldats.
Mais il n’est pas necessaire de tout dire pendant cette separation. Il est préférable simplement de montrer la porte aux membres de la MINUSTAH et leur conseiller de ne pas le claquer en partant.

Lire biographie, essais, poêmes et autres traductions
par l’auteur haïtien, Dady Chery à l’Axis of Logic

Contactez l'auteur

Comité d'accueil d'Aristide quand il a finalement été autorisé à retourner en Haïti le 18 Mars 2011: résultat des revendications du peuple haïtien. Lire la suite ...

 

Lorsqu’Aristide est revenu en Haiti, des foules immenses se sont presentées tout autour de chez lui et ont escaladé les murs et couvert le toit de sa maison.

© Droit d’auteur 2011 par AxisofLogic.com

Ce matériel est disponible pour la réédition tant que réimpressions si une copie verbatim de l'article dans son intégralité est inclue, en respectant son intégrité. Les réimpressions doivent citer l'auteur et Axis of Logic comme la source originale, y compris un “lien direct” à l'article. Merci!

© Copyright 2014 by AxisofLogic.com

This material is available for republication as long as reprints include verbatim copy of the article in its entirety, respecting its integrity. Reprints must cite the author and Axis of Logic as the original source including a "live link" to the article. Thank you!


Printer friendly page Print This
If you appreciated this article, please consider making a donation to Axis of Logic. We do not use commercial advertising or corporate funding. We depend solely upon you, the reader, to continue providing quality news and opinion on world affairs.Donate here




World News
AxisofLogic.com© 2003-2014
Fair Use Notice  |   Axis Mission  |  About us  |   Letters/Articles to Editor  | Article Submissions |   Subscribe to Ezine   | RSS Feed  |